Ultime Western 2016

Will it be Heaven or Hell…

L’Ultime Western 2016, suite du scénario de l’édition 2014, se déroula à Fort Bravo en octobre 2016. Deux ans après la fin du tyran ButcherBill, les villes et les habitants ont repris confiance en l’avenir, la prospérité est revenue, l’harmonie règne à nouveau entre les communautés.

A LaHood, les survivants ont repris possession de la terre, le bétail alimente à nouveau la ville et le Syndicat des éleveurs contribue largement à la prosperité de tous. Le Maire – Charles Hedgard – dont certains n’hésite pas à affirmé qu’il a largement collaboré pendant la période de ButcherBill – sollicite à nouveau la confiance des administrés et multiplie les projets d’envergure (réseau d’eau, nouveaux bâtiments,…) afin de faire de la ville un modèle de progrès. A Paso del Loco, les ranchs assurent une bonne prospérité à une population à nouveau dynamique. La Cantina de Tico est à nouveau ouverte et l’activité est florissante avec son marché, son nouvel établissement hôtelier.

Une édition de l’Ultime Western ou la tranquilité ne fût pourtant pas de mise, oscillant entre violence et bons sentiments, entre coups fourrés, raisons cachées, vengeance, peaux-rouges virulents et conflits d’intérêts majeurs… Un rapide aperçu !

Un salopard au bout d’une corde

Le Sheriff Stanton eu une bonne raison de se réjouir. Il tient la ville avec ses adjoints (ses cousins) et assure pleinement son rôle quant à la sécurité des citoyens. L’arrestation du chef de bande Wade Evans sur le territoire du comté était une belle victoire contre le crime… Malheureusement, la pendaison fût un échec… La bande, dans un assaut bref et heureusement peu meurtrier, aura réussi à faire évander son chef alors sur la potence, la corde au cou… Il aura fallut toute la pugnacité du shériff et des habitants pour traquer les misérables bandits et les surprendre dans un canyon isolé. Wade Evans fût cette fois bien pendu.

La femme du Colonel, une sale affaire qui cacha un immense scandale…

L’enlèvement de Miss Edwards, épouse du Colonel éponyme, par les apaches renégats fût la source d’inquiétudes avant de découvrir la terrible vérité du geste des sauvages…